Extraits de Chine

C'est le moyen pour moi d'échanger sur la Chine, de faire partager mes voyages en Chine, des lectures sur la Chine, des analyses, des impressions, d'aller au-delà des peurs qu'inspire ce grand pays si entreprenant en essayant de comprendre ses propres craintes, ses propres défis mais aussi de pointer les questions qu'il soulève. Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de faire un bout de chemin ensemble.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Les "mots caméléons"

par dans Extraits de Chine
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2677
  • 0 commentaires
  • Imprimer
2677
Les "mots caméléons"

La langue chinoise s’appelle le hanyu, la langue des Han, parlée depuis la dynastie des Han (206 av. J.-C.-220 apr. J.-C.). Elle est aussi appelée le mandarin ou la « langue commune à tous » (putonghua). C’est lors de l’avènement de la République populaire en 1949, que le gouvernement de Mao a décidé que le hanyu, dans sa prononciation du nord de la Chine, serait la langue nationale, même dans les provinces les plus reculées, où cette langue était inconnue. Environ 55 langues au total sont parlées en Chine : le yi,  le miao, le thaï, le mongol, le mandchou, le tibétain, le ouïgour, etc. Mais l’ethnie majoritaire, les Han, représente 92 % de la population.

Le syllabisme joue un rôle majeur dans la langue chinoise. 10% des mots sont des monosyllabes mais le vocabulaire chinois est composé à 90% de mots composés assemblant des mots monosyllabiques.

Le chinois moderne compte quatre tons : le ton plat (premier ton), le ton ascendant (deuxième ton), le ton descendant puis ascendant (le troisième ton) et le ton descendant (le quatrième ton). Il faut ajouter un « sans ton », une syllabe prononcée brièvement.

Le chinois moderne est aussi caractérisé par l’accumulation de mots de même son et de même ton, c’est-à-dire d’homophones, ce qui rend impossible la compréhension d’un mot isolé de son contexte. Exemples :

Shu (quatrième ton) a dix sens : art, garder, lier, relater, arbre, vertical, pardonner, pour, nombre, se gargariser.

Shi (quatrième ton) a 29 sens.

Un mot ne se comprend jamais seul. Il se comprend parce qu’il est accompagné des autres mots de la phrase qui, par leur place, leur fonction et leur nature relatives, se donnent leur sens respectif.

Mais chaque mot a sa propre écriture. Ceci permet à des Chinois qui parlent chacun leur langue ou leur dialecte  de se comprendre car l’écriture est commune quelle que soit leur langue.

Combiner du simple pour former du complexe : la langue chinoise produit continuellement de nouveaux mots en associant entre eux des mots simples, monosyllabiques.

Exemples =

source+jaillissement = fontaine en chinois : quan+pen = penquan

ville+protection = forteresse en chinois : cheng+bao = chengbao

médecin+institut = hôpital en chinois : yi+yuan=yiyuan

De la même manière qu’un mot polysyllabique est composé de plusieurs mots monosyllabiques, la grande majorité des caractères d’écriture sont construits par l’assemblage de deux, trois, voire quatre modules simples. Le chinois est une langue non alphabétique.

Tandis que les langues locales et les dialectes ont continué d’évoluer, l’écriture chinoise est devenue garante de l’homogénéité culturelle et de l’organisation du territoire. Stabilisée vers le début de notre ère, l’écriture a fait l’objet d’un contrôle sévère et permanent de la part du gouvernement. Une telle intransigeance a valu à l’écriture de devenir l’outil principal du maintien de l’unité chinoise. Certains sinologues disent que le chinois n’est pas une langue mais une écriture.

Il faut mémoriser environ 3 000 caractères pour être capable de lire le journal.

En chinois, il n’y a ni grammaire, ni conjugaison, ni déclinaison, ni féminin-masculin, ni singulier-pluriel. Le recours au pinyin, un système alphabétique permettant de  transcrire phonétiquement le chinois, aide à mémoriser la prononciation des mots. Il est enseigné aux jeunes enfants et constitue une aide précieuse pour les étrangers cherchant à apprendre le chinois.

Source : Qui sont les Chinois ? Pensées et paroles de Chine, Elisabeth Martens, Max Milo, Paris, 2013.

0
Mots clés: Langue
Venue en Chine en 2012 rendre une trop courte visite à mon fils, j’ai mesuré à quel point ma vision de ce pays était biaisée par des partis pris, des représentations d’un autre âge...
Depuis, je m’informe sur ce vaste et grand pays avec lequel nous avons à composer pour construire le monde de demain dans le respect de nos différences et de nos intérêts.


Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité samedi, 02 juillet 2022

Archive

Loading ...

Connexion