Extraits de Chine

C'est le moyen pour moi d'échanger sur la Chine, de faire partager mes voyages en Chine, des lectures sur la Chine, des analyses, des impressions, d'aller au-delà des peurs qu'inspire ce grand pays si entreprenant en essayant de comprendre ses propres craintes, ses propres défis mais aussi de pointer les questions qu'il soulève. Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de faire un bout de chemin ensemble.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Les investissements chinois dans les énergies renouvelables en Afrique

par dans Extraits de Chine
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 936
  • 0 commentaires
  • Imprimer
936

Dans un article daté du 25 juillet 2016 et signé par Sébastien Le Belzic, Le Monde Afrique se penche sur les investissements de la Chine dans le secteur de l'énergie.

Extraits:

La Chine a beau être l’un des pays les plus pollués au monde, elle n’investit pas moins des fortunes dans les énergies vertes. Avec près de 90 milliards de dollars consacrés aux énergies renouvelables chaque année depuis 2014, elle est le premier investisseur mondial dans le solaire, l’éolien et l’hydroélectricité. A quelques mois de la Cop 22 qui se tiendra du 7 au 18 novembre à Marrakech, la Chine pourrait jouer les premiers rôles sur le continent où elle est le principal investisseur dans le secteur des énergies vertes, loin devant la France et l’Italie. Au total, l’Afrique représente 13 milliards de dollars de contrats pour les entreprises chinoises !

Selon le dernier rapport publié par l’Agence internationale de l’énergie, les entreprises chinoises construisent actuellement 30% des nouvelles capacités électriques en Afrique subsaharienne, soit plus de deux cents projets entre 2010 et 2020. « On peut dire qu’un mégawatt sur deux est chinois, résume David Bénazéraf, responsable du programme Chine à l’IEA et auteur du rapport. Si on met à part les investissements réalisés en Afrique du Sud, c’est même 46% des nouvelles capacités électriques en Afrique subsaharienne qui sont construites par des entreprises chinoises avec une large place faîte aux barrages. » Car 60% des barrages construits en Afrique sont chinois. La deuxième économie du monde s’est faite une spécialité dans ces ouvrages massifs et couteux. « Ce sont des ressources très importantes pour le continent car il s’agit d’une énergie renouvelable et qui n’émet pas de CO2 », précise David Bénazéraf. Mais l’ONG International Rivers met en garde contre « les catastrophes pour l’environnement » que représentent certains de ces projets. Sur les 94 barrages déjà construits en Afrique, certains sont particulièrement controversés, comme celui de Merowe au Soudan. « Pour l’Afrique cela reste cependant une véritable chance, modère David Bénazéraf. Près de 635 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité. Avec ces projets réalisés par la Chine, ce sont 120 millions de personnes qui auront accès à l’énergie. C’est évidemment positif mais loin d’être suffisant. D’autres acteurs doivent s’impliquer pour électrifier le continent. » Huit centrales sur dix sont prévues non pas pour alimenter une industrie particulière, comme l’extraction minière en Afrique centrale, mais pour être relié au réseau national [...] Il est indéniable, si l’on regarde le mix énergétique de ces investissements chinois dans le secteur électrique, que la Chine verdit le continent africain. » Mais il faut aussi assurer le service après-vente. Pourquoi cet engouement ? « D’abord, la Chine cherche des débouchés pour ses entreprises et on voit que les principaux contrats sont réalisés par de grosses entreprises d’Etat comme Sinohydro », explique David Bénazéraf. Rien qu’en 2013, l’entreprise a remporté l’équivalent de 8 milliards de dollars de contrats sur le continent ! « Mais il faut relativiser : la Chine construit une nouvelle centrale électrique par semaine sur son territoire, ajoute David Bénazéraf. C’est donc beaucoup plus qu’en Afrique ! Et 60% des projets sont financés par l’Exim bank of China. » La banque chinoise d’import-export apporte des prêts bonifiés et concessionnels. C’est cette « offre intégrée » qui mêle études préliminaires, construction et financement qui fait souvent la différence au moment de décrocher un marché. [...] Sébastien Le Belzic est installé en Chine depuis 2007. Il dirige le site Chinafrica.info, un magazine sur la « Chinafrique » et les économies émergentes.

0
Venue en Chine en 2012 rendre une trop courte visite à mon fils, j’ai mesuré à quel point ma vision de ce pays était biaisée par des partis pris, des représentations d’un autre âge...
Depuis, je m’informe sur ce vaste et grand pays avec lequel nous avons à composer pour construire le monde de demain dans le respect de nos différences et de nos intérêts.


Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité samedi, 21 avril 2018

Archive

Loading ...

Connexion