Extraits de Chine

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Abonnez-vous à cette liste via RSS Articles liés au mot clé « Histoire »
1057

 

b2ap3_thumbnail_image_20140524-235333_1.jpg

Depuis toujours le thé du Yunnan, vendu sous forme de ces grosses galettes  aplaties, est fort apprécié.C'était déjà vrai à l'époque de la Route du Thé et des Chevaux. L'engouement des Tibétains  pour le thé du Yunnan fut tel sous la dynastie Tang (618-907) qu'un accord fut conclu avec la Cour impériale pour pouvoir échanger du thé contre leurs chevaux très prisés.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Tourisme Yunnan
1176

b2ap3_thumbnail_image_20140519-084957_1.jpgb2ap3_thumbnail_image_20140519-085104_1.jpg

Si ce n'était la croix, rien ne distinguerait l'église de Dali (Yunnan) d'un temple bouddhiste de type bai, la principale ethnie de la région. Construite en 1927 à l'initiative d'un prêtre européen, elle fut fermée après la Révolution de 1949 et confisquée par le gouvernement. Pendant la Révolution culturelle (1966-1976), les catholiques comme tous les autres croyants furent contraints de renoncer à leur religion. La centaine d'églises du diocèse de Dali connut le même sort. De 1950 à 1970, l'église de Dali servit d'école primaire puis de lycée. Elle rouvrit en tant que lieu de culte en 1984, mais en l'absence de prêtre, ce n'est qu'en 1998 que le service religieux put reprendre.

Dans la région, le christianisme a été répandu par des missionnaires francophones venant de Belgique, de Suisse et de France. On compte actuellement environ 80 000 catholiques dans cette région caractérisée par sa très grande diversité ethnique (Tibétains, Lisus, Nus, Du Long, Bais, Jingpos et Hans).

0
1070

Nous devons à la Chine quatre inventions majeures : la poudre à canon, la boussole, l’imprimerie et le papier. C’est dans ce pays où l’idée d’entrelacer finement des fibres, de les lier ensemble avec de la colle pour en constituer une sorte de toile à la surface unie, est apparue précocement. L’invention du papier allait permettre aux Chinois de faire de l’écrit l’une des valeurs fondamentales de leur civilisation comme l’a révélé en 1900 la grotte de Dunhuang (Gansu) murée vers l’an 1000 pour protéger des milliers d’anciens manuscrits.

Lire la suite
0
Mots clés: Histoire
1152

La pratique des offrandes dans la Haute Antiquité s’est accompagnée de la création de vases rituels en bronze aux formes élaborées, dont l’usage s’est renouvelé à l’époque impériale du Xe au XIXe siècle

La découverte de la fonte du bronze en Chine vers le XVIIIe siècle avant J.-C.  marque le premier et lent essor de la civilisation chinoise depuis le Néolithique jusqu’à 500 avant J.-C. Elle sera suivie par la découverte de la fonte du fer qui entraînera un développement rapide de l’agriculture.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Arts Histoire
1038

Voici la liste chronologique des dynasties chinoises avec une chronologie comparée de la France

Lire la suite
0
Mots clés: Histoire
1510

Le 8 août 1966, le Comité central du Parti communiste chinois décida de lancer la « Révolution culturelle » comme nouvelle étape de la révolution socialiste, avec pour mot d’ordre : « combattre et écraser ceux qui détiennent des postes de direction mais se sont engagés dans la voie capitaliste ».

Mao Zedong s’appuie dans l’armée sur Lin Biao qui fait de plus en plus ouvertement figure de dauphin. Madame Mao (Jiang Qing) développe des positions ultra-gauchistes, en particulier dans le domaine culturel (elle transformera quatre pièces traditionnelles de l’Opéra de Pékin en diatribes révolutionnaires qui seront bientôt les seuls spectacles autorisés). Le maire de Pékin, Peng Zhen , est accusé de critiquer la pensée de Mao Zedong sur l’art et la culture. Il disparaît progressivement de la vie officielle.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Politique
1545

Depuis l’arrivée des communistes au pouvoir en Chine, cinq générations de dirigeants se sont succédé.

b2ap3_thumbnail_IMG_3294_20140414-155851_1.jpg

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Politique
1070

b2ap3_thumbnail_image_20140605-141414_1.jpg

Selon Jean-Luc Domenach, la Chine est sortie du totalitarisme pour entrer dans une « autocratie développementale ».

Lire la suite
0
1253

Une des pages les plus tragiques de l'histoire moderne de la Chine, sur laquelle le gouvernement chinois continue de rester muet...

Extrait de Stèles, la Grande Famine en Chine (1955-1961), de Yang Jisheng, Seuil, 2008, p.23

"36 millions de morts de faim [en Chine entre 1955 et 1962, chiffre établi selon diverses sources], qu'est-ce que cela représente ? Cela équivaut à 450 fois le nombre de morts le 9 août 1945 sous la bombe atomique de Nagasaki. Cela représente 150 fois le nombre de victimes du tremblement de terre de Tangshan le 28 juillet 1976. Cela dépasse le nombre de morts de la Première Guerre mondiale qui n'a fait "que" 10 millions de morts entre 1914 et 1918, soit en moyenne moins de deux millions de morts par an.

Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Politique
1293

Extrait de Stèles, la grande famine en Chine 1958-1961, de Yang Jisheng, Seuil, 2008, pp. 575-589 (livre non publié en Chine).

" Pourquoi personne n’a dénoncé les mensonges extravagants sur les hauts rendements des satellites ? Pourquoi des dizaines de millions de personnes sont-elles mortes de faim sans être secourues ? Pourquoi la politique qui a conduit à la famine a-t-elle duré trois ans ? Pourquoi les cadres ont-ils pu traiter le peuple avec autant de cruauté ? Pourquoi la majeure partie des victimes de la faim ont été les paysans qui produisaient l’alimentation du pays ?

Lire la suite
0
1262

Extrait de Dans 30 ans la Chine, Robert Guillain,  Seuil, 1965,  pp.102-114.

 « Il me faut remonter jusqu’à 1937 pour trouver dans mes souvenirs une ville de Shanghaï bien administrée et d’aspect prospère, qui était plus belle même que celle d’aujourd’hui, à certains points de vue, par exemple par la folle animation de ses boutiques aux mille enseignes, ou par la circulation de ses belles autos étrangères.

...
Lire la suite
0
1160

« Après l’enterrement définitif du projet de substituer le pinyin aux caractères, les critiques dirigées contre ces derniers, qui avaient déjà perdu de leur virulence après 1949 mais qui, avant la Révolution culturelle, continuaient à résonner comme l’écho d’un passé tenace, ont cessé de se faire entendre. Au lieu d’attribuer les maux de la Chine à sa langue et à son écriture, les commentateurs leur ont découvert toutes sortes de mérites. À l’heure actuelle il ne s’agit plus de chercher les défauts de l’héritage culturel et linguistique pour leur trouver un remède mais de reconstruire une puissance à la hauteur de son passé glorieux. Évidemment, la vision que l’on se forme de la langue se doit de s’adapter à la nouvelle aspiration nationale.

Extrait de : La pensée en Chine aujourd’hui  sous la direction d’Anne Cheng – « Identité de la langue, identité de la Chine, contribution de Chu Xiaoquan »,  p. 295, Paris, Editions Gallimard,  coll. Folio essais, 2007.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Langue
1371

« L’année 1949, qui vit la fondation de la République populaire de Chine, marqua un tournant décisif dans tous les domaines de la vie chinoise, politique linguistique incluse. […] Cependant, une latinisation directe et complète de l’écriture n’étant pas immédiatement réalisable dans la pratique, les réformateurs se rabattirent sur trois projets jugés plus réalistes : la promulgation du pinyin (système de transcription phonétique), la simplification des caractères chinois et l’imposition du putong hua (« langue commune ») comme parler officiel de toute la Chine. Selon l’explication des concepteurs, le pinyin, au fur et à mesure de son usage généralisé, deviendrait plus sophistiqué et un jour remplacerait les caractères comme une véritable écriture. La simplification des caractères serait ni plus ni moins le premier pas vers leur disparition finale. Quant au putong hua, son utilité était double. D’abord, c’était un outil politique indispensable dans l’unification de ce vaste pays – on lui attribuait le rôle que Qin shi Huangdi, le premier empereur, avait assigné à l’uniformisation de l’écriture. En même temps, le putong hua devait évidemment constituer une condition sine qua non pour la réussite éventuelle du pinyin. »

Extrait de : La pensée en Chine aujourd’hui  sous la direction d’Anne Cheng – « Identité de la langue, identité de la Chine, contribution de Chu Xiaoquan »,  p. 292, Paris, Editions Gallimard, coll. Folio essais, 2007.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Langue
Commentaire récent pour cet article - Voir tous les les commentaires
  • Mehdi
    Mehdi a écrit #
    Encore un magnifique article.... Quelle productivité!!! Bise
1108

« Dans les années 1930, Qu Qiubai, le numéro un du parti communiste chinois et bientôt martyre révolutionnaire, devait trouver du temps en pleine guerre civile pour rédiger et publier une série d’articles sur la langue chinoise […] :

“L’état de sous-développement dans lequel se trouve la langue chinoise tient d’une économie sous-développée : parce que tous les rapports sociaux sont relativement simples, voire primitifs, les Chinois ne disposent pas de notions précises sur les choses, les événements et le temps. Notre langue est par conséquent très pauvre […]. La raison pour laquelle la langue chinoise n’arrive pas à délaisser son système d’idéogrammes, semi-idéogrammes ou rébus, est encore le retardement de son développement économique […]. Il est donc absolument nécessaire d’adopter un système phonétique, de lancer la révolution la plus radicale des lettres, à savoir l’abolition complète des caractères chinois. C’est seulement de cette manière que la langue pourra s’affranchir du carcan des caractères et avancer vers le futur en devenant plus riche, ce qui nous permettra de répondre aux besoins d’une vie sociale moderne dans les activités littéraires et scientifiques “».

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Langue
1093

« Le mécontentement exprimé par les intellectuels envers le chinois à la fin du XIXe siècle sensibilisa le public aux insuffisances supposées ou réelles de la langue et créa par la suite dans l’opinion publique une inclination au changement qui devait être largement exploitée par les révolutionnaires de tous bords, ce qui entraina un phénomène curieux : ce sont surtout les politiques, plutôt que les linguistes professionnels, qui se chargèrent de l’élaboration et de la mise en œuvre des projets de réforme de la langue chinoise ».

Extrait de : La pensée en Chine aujourd’hui  sous la direction d’Anne Cheng – « Identité de la langue, identité de la Chine, contribution de Chu Xiaoquan »,  p.287, Paris, Editions Gallimard, coll. Folio essais, 2007.

0
Mots clés: Histoire Langue
1316

b2ap3_thumbnail_16670113zhouyouguang3.jpg-M.Zhou-Youguang-a-eu-110-ans-en-2016!.

Le pinyin, un système alphabétique de transcription des caractères chinois, a été inventé entre 1955 et 1958 par Zhou Youguang et son équipe. Economiste de profession et anglophone, mais-linguiste-de-formation,il a fait partie de ces Chinois de l’étranger rentrés au pays pour construire la « nouvelle Chine ». Il est devenu linguiste par passion. C’est Zhou Enlai, le Premier ministre de Mao qui lui a confié cette délicate mission dans le cadre de la vaste réforme du chinois que préparait le pouvoir communiste. Zhou Youguang en rêvait depuis les années 1920 mais selon ses dires, l’idée était beaucoup plus ancienne puisque le jésuite Mateo Ricci, arrivé en Chine en 1582, en avait déjà eu le projet !

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Langue
Commentaire récent pour cet article - Voir tous les les commentaires
  • Mehdi
    Mehdi a écrit #
    J'adore ce billet

Archive

Loading ...

Connexion