Extraits de Chine

C'est le moyen pour moi d'échanger sur la Chine, de faire partager mes voyages en Chine, des lectures sur la Chine, des analyses, des impressions, d'aller au-delà des peurs qu'inspire ce grand pays si entreprenant en essayant de comprendre ses propres craintes, ses propres défis mais aussi de pointer les questions qu'il soulève. Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de faire un bout de chemin ensemble.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Le taoïsme en dix citations

par dans Extraits de Chine
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 503
  • 0 commentaires
  • Imprimer
503

b2ap3_thumbnail_image_20180331-013847_1.jpeg

Les deux grands maîtres du taoïsme sont Huangzi et Laozi, qui vécurent en Chine entre le Ve et le IIIe siècle av. J.-C. Voici quelques-uns de leurs écrits, extraits de l'ouvrage de référence d'Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise (Seuil, 1997).

1- "La connaissance doit avoir sur quoi s'appuyer pour pouvoir tomber juste. Or ce sur quoi elle s'appuie n'est justement pas fixe". (Zhuangzi)

 

2- "Comment saurais-je que ce que j'appelle 'connaissance' n'est pas ignorance ? Et comment saurais-je que ce que j'appelle 'ignorance' n'est pas connaissance ?" (Zhuangzi)

 

3- "Celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas". (Zhuangzi)

 

4- "L'homme accompli fait de son cœur un miroir. Il ne s'attache pas aux choses, pas plus qu'il ne va au-devant d'elles. Il se contente d'y répondre, sans chercher à les retenir. C'est ainsi qu'il est capable de dominer les choses sans être atteint en lui-même." (Zhuangzi)

 

5- "Celui qui possède la puissance suprême, le feu ne saurait le brûler, ni l'eau le noyer, le chaud et le froid ne sauraient l'affecter, les oiseaux et les bêtes sauvages le dépecer. Non qu'il en fasse fi, mais il est vigilant dans la sécurité comme dans le danger, serein dans le malheur comme dans la félicité, avisé dans ses avances comme dans ses retraites; il n'est rien qui puisse l'affecter". (Zhuangzi)

 

6- "Souffler et respirer, expirer et inspirer, rejeter l'air usé et en absorber du frais, s'étirer à la manière de l'ours ou de l'oiseau qui déploie ses ailes, tout cela ne vise qu'à la longévité. C'est ce qui est prisé de l'adepte qui s'efforce de guider et induire l'énergie, de l'homme qui veut nourrir son corps, ou de celui qui espère vivre aussi vieux que Peng Zu". (Zhuangzi)

 

7- "Le Dao n'a ni fin ni commencement. Les êtres connaissent mort et vie, sans avoir jamais l'assurance de leur accomplissement. Tantôt vides, tantôt pleins, ils ne résident pas dans des formes fixes. Les années ne peuvent être retenues, pas plus que le temps suspendu. Déclin et croissance, plénitude et vie, tout ne finit que pour recommencer". (Zhuangzi)

b2ap3_thumbnail_8DAE67CA-C783-4EC4-910B-BBA41BA341C5.jpeg

Laozi partant vers l’ouest ( céramique, Yixing)

 

8- "Ne cherche pas à primer par les armes

Car primer par les armes appelle à la riposte.

Celui qui agit détruira,

Celui qui saisit perdra

Le Saint, n'agissant sur rien, ne détruit rien

Ne s'emparant de rien, il n'a rien à perdre". (Laozi)

 

9- "L'esprit de la Vallée ne meurt pas.

Il a nom mystérieux féminin

La porte du mystérieux féminin

A nom racine du Ciel-Terre

Un mince fil – c'est à peine s'il existe –

Et pourtant, il a beau servir, jamais il ne s'use". (Laozi)

 

10- "Le Dao est vide

On a beau le remplir, jamais il ne déborde

Dans ce sans-fond, les dix mille êtres tirent leur origine

Il émousse tout tranchant,

Il démêle tout noeud

Il harmonise toutes lumières

Il fait un de toutes poussières

Il est là, semble-t-il, depuis toujours

De qui est-il le fils ? Je l'ignore

Avant même le Souverain d'en haut

Je crois qu'il était là". (Laozi)

 

 

0
Venue en Chine en 2012 rendre une trop courte visite à mon fils, j’ai mesuré à quel point ma vision de ce pays était biaisée par des partis pris, des représentations d’un autre âge...
Depuis, je m’informe sur ce vaste et grand pays avec lequel nous avons à composer pour construire le monde de demain dans le respect de nos différences et de nos intérêts.


Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité mardi, 16 octobre 2018

Archive

Loading ...

Connexion