Extraits de Chine

C'est le moyen pour moi d'échanger sur la Chine, de faire partager mes voyages en Chine, des lectures sur la Chine, des analyses, des impressions, d'aller au-delà des peurs qu'inspire ce grand pays si entreprenant en essayant de comprendre ses propres craintes, ses propres défis mais aussi de pointer les questions qu'il soulève. Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de faire un bout de chemin ensemble.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

L'élévation fulgurante du niveau d'éducation

par dans Extraits de Chine
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1138
  • 0 commentaires
  • Imprimer
1138
L'élévation fulgurante du niveau d'éducation

La Chine est-elle déjà le nouveau géant planétaire du brain power, le pouvoir des cerveaux ?

On assiste en Chine depuis un demi-siècle à une incroyable élévation du niveau éducatif des individus. Le taux d’alphabétisation a grimpé à 90% de la population entre 1980 et 2010. La Chine de Mao a mis en place une véritable éducation de masse et généralisé la scolarisation des filles. Des écoles primaires ont été ouvertes dans tous les villages conquis avant même la libération et la parité garçons-filles était une règle. Cet effort éducatif a constitué une condition essentielle de la réussite de l’ouverture économique des années 1980.

« Cependant le taux de scolarisation des jeunes Chinois d’âge scolaire serait en recul au milieu des années 2000 par rapport aux 100 % atteints dès les années 1970, à l’ère maoïste, comme si les réformes économiques avaient coïncidé avec une pause dans l’effort de scolarisation de masse au profit de l’enseignement supérieur et au détriment de l’égalité des chances mise à mal par le développement d’un capitalisme inégalitaire qui ne dit pas son nom », écrit Stanislas Dembinski et Jean-Joseph Boillot dans Chindiafrique (éd. Odile Jacob, 2013).

Un des problèmes majeurs concerne les municipalités chinoises, qui n’accordent pas le droit à une scolarisation gratuite  aux enfants de migrants intérieurs (mingong). Le problème est le coût de la scolarisation des enfants, jusqu’à 2000 euros par an, une fortune pour les Chinois.

Il n’en demeure pas moins que sa population de plus de 15 ans est passée en moyenne d’une année et demie de scolarisation au début des années 1950 à plus de huit aujourd’hui, soit un écart d’un tiers seulement par rapport aux Etats-Unis, contre plus de 80% d’écart en 1950. On en était même  à plus de 11 ans d’études en 2010, soit plus que la France (10,5). L’effet nombre est aussi impressionnant en termes de capital humain. Shanghai rassemble dans ses pôles de développement des centaines de milliers de jeunes diplômés, encadrés par des équipes d’élite.

Entre 1980 et 2010, alors que le stock de capital humain (nombre de personnes en âge de travailler années x nombre moyen d’années d’études) des Etats-Unis passait de 1,7 à 2,4 milliards d’années d’études, celui de la Chine bondissait de 2,7 à 7,5 milliards. Ce dernier pourrait avoisiner 8 milliards en 2030 pour se stabiliser alors autour de ce niveau. La progression du niveau d’études sera en effet éclipsée par la forte contraction du nombre de jeunes Chinois en situation scolaire, du fait du vieillissement de la population chinoise. Ceci explique le caractère d’urgence de la politique éducative chinoise actuelle.

Au début des années 2000, la Chine a consacré le gros de ses efforts à dynamiser des centres universitaires encore très en retard sur le reste du monde. Le monde universitaire était sorti de la Révolution culturelle à la fin des années 1970 , exsangue et totalement isolé du reste de la planète. Le pays ne comptait que quelques dizaines de milliers d’étudiants.

Mais en 2007, le 17e Congrès du Parti communiste chinois fait du « développement scientifique » un impératif et décide d’investir massivement dans l’enseignement supérieur pour limiter la forte dépendance de l’économie chinoise à l’égard des investissements étrangers. L’objectif est de faire passer un quart d’une classe d’âge dans l’enseignement supérieur d’ici 2025 et une quart des universités chinoise dans les 100 premières mondiales.

EN SAVOIR PLUS : Jean-Joseph Boillot, Stanislas Dembinski, Chindiafrique La Chine, l’Inde et l’Afrique feront le monde de demain, Ed. Odile Jacob, 2013.

Mots-clés : alphabétisation, enseignement supérieur, 17e Congrès du Parti communiste chinois

0
Mots clés: Economie Société
Venue en Chine en 2012 rendre une trop courte visite à mon fils, j’ai mesuré à quel point ma vision de ce pays était biaisée par des partis pris, des représentations d’un autre âge...
Depuis, je m’informe sur ce vaste et grand pays avec lequel nous avons à composer pour construire le monde de demain dans le respect de nos différences et de nos intérêts.


Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité mardi, 16 octobre 2018

Archive

Loading ...

Connexion