Extraits de Chine

C'est le moyen pour moi d'échanger sur la Chine, de faire partager mes voyages en Chine, des lectures sur la Chine, des analyses, des impressions, d'aller au-delà des peurs qu'inspire ce grand pays si entreprenant en essayant de comprendre ses propres craintes, ses propres défis mais aussi de pointer les questions qu'il soulève. Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de faire un bout de chemin ensemble.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Fabriquer des pinceaux, un artisanat qui se perd...

par dans Extraits de Chine
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 360
  • 0 commentaires
  • Imprimer
360
Fabriquer des pinceaux, un artisanat qui se perd...

Xuancheng, dans la province de l'Anhui, et Huzhou dans celle voisine du Zhejiang dans l'est de la Chine, demeurent les villes qui produisent les meilleurs pinceaux du pays. Mais de nos jours, la calligraphie traditionnelle est devenue le domaine réservé des artistes, les jeunes générations étant passées à la lecture électronique et à l'écriture sans papier...

b2ap3_thumbnail_137678068_15449454862091n.jpg

b2ap3_thumbnail_IMG_0740-1.jpg

b2ap3_thumbnail_IMG_0743.jpg

"Parmi les instruments humains, il en est un qui se distingue parmi les autres comme symbole d’art et de beauté : c’est le pinceau. Il permet à l’homme de communiquer, d’exprimer ses rêves et ses pensées", écrit Edoardo Fazzioli, auteur de Caractères chinois. Du dessin à l’idée (Flammarion, 2012). Il y a encore quelques années, 200 variétés de pinceaux (毛笔 maobi en chinois), avec une production annuelle de plusieurs centaines de milliers d'unités étaient produites à Xuancheng. Encore récemment presque tous les foyers de la commune de Xikou fabriquaient des pinceaux pour la calligraphie, mais il n'en reste que très peu aujourd'hui.

 

Au cours des trente dernières années, les gens se sont tournés vers d'autres métiers, ont ouvert de petites boutiques, ont pris la tête de fermes, ou sont allés chercher du travail en ville. Cette technique de fabrication traditionnelle a été inscrite sur la "Liste nationale du patrimoine culturel immatériel" de la Chine en 2008, et le plus important atelier de Xuancheng, celui de Zhang Wennian, a été choisi en 2011 pour représenter cet art. Il a ensuite été sélectionné en 2012 en tant qu'héritier national de cet artisanat. Un projet de musée est à l'étude sur les techniques traditionnelles de fabrication, avec nombre d'archives à la clé.

 

b2ap3_thumbnail_IMG_0470.jpg

b2ap3_thumbnail_IMG_1234.jpg

Examiner scrupuleusement des sacs entiers de poils de chèvre – l'animal le plus utilisé pour la fabrication de pinceaux – afin de ne sélectionner que ceux qui présentent les meilleures qualités – est l'étape la plus difficile et la plus importante dans le processus de fabrication du pinceau chinois. La laine doit être prise sur le cou et derrière les pattes de chèvres blanches pesant moins de 25 kg. Si on utilise le plus souvent des poils de chèvre, le pelage d'autres animaux comme le cheval, la belette, la martre, le lièvre, l'écureuil, le chat, le cerf, sert aussi. Il existe également des pinceaux fabriqués à base de plumes donnant un pinceau long et très pointu une fois mouillé, ou à base de fibres végétales. Tout dépend du prix qu'on veut y mettre ! Les poils doivent avoir pour propriété une bonne absorption de l'eau et de l'encre, ce qui est capital pour les techniques de lavis. Le bambou est utilisé pour le manche. S'il s'agit de bambou tacheté, le pinceau n'en a que plus de valeur.

b2ap3_thumbnail_IMG_7031.jpg

b2ap3_thumbnail_IMG_1850.jpg

 

0
Mots clés: Anhui Arts Zhejiang
Venue en Chine en 2012 rendre une trop courte visite à mon fils, j’ai mesuré à quel point ma vision de ce pays était biaisée par des partis pris, des représentations d’un autre âge...
Depuis, je m’informe sur ce vaste et grand pays avec lequel nous avons à composer pour construire le monde de demain dans le respect de nos différences et de nos intérêts.


Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité mardi, 14 juillet 2020

Archive

Loading ...

Connexion