Extraits de Chine

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
981

b2ap3_thumbnail_IMG_0470.JPGb2ap3_thumbnail_IMG_0474.JPG

 

b2ap3_thumbnail_IMG_9830.JPGb2ap3_thumbnail_IMG_9832.JPG

...
Lire la suite
0
Mots clés: Religions Société
810

Suite à la mise en place d’un planning familial très contraignant et à l’instauration de la politique de l’enfant unique en 1979, la population chinoise vieillit.

La population des 15-60 ans, c’est-à-dire la population active, après avoir augmenté de 359 millions entre 1980 et 2010, va se stabiliser aux alentours de 2015 avant de diminuer jusqu’à 2035, explique au Monde Françoise Lemoine, économiste conseiller au CEPII.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Economie Société
824

La civilisation chinoise est la plus ancienne civilisation vivante. Pour Simon Leys, la Chine « est l’autre pôle de l’expérience humaine ».

Au cours de son histoire, l’Empire chinois a accordé la primauté aux hommes de lettres, aux artistes et aux scientifiques. La classe marchande et les militaires exerçaient peu d’influence. La civilisation chinoise s’est étendue par rayonnement et par absorption plus que par invasions et par guerres. Il ne faut pas oublier que les Han représentent 92% de la population bien qu’il y ait environ 55 langues parlées en Chine. Le hanyu (la langue des Han) aussi appelé mandarin est la « langue commune à tous » (putonghua) depuis l’arrivée au pouvoir du Parti communiste.

Le milieu duquel ont émergé les langues de la Chine archaïque et les constructions mentales qui les accompagnent est le lœss dense et doux du fleuve Jaune (Huanghe) au nord de même que les terres fertiles charriées par les tumultes du fleuve Bleu (Yangzi) au sud. L’élevage ne s’est pas développé contrairement à d’autres régions du monde comme le Moyen-Orient. Très tôt, dès le VIIIe millénaire av. J.-C, le paysan chinois fut un observateur patient de la nature. Selon Elisabeth Martens, « le rapport de l’humain à son environnement  n’était pas de subordination mais de mise en phase, de connivence, voire d’identification.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Société
955

« S’enrichir n’est en soi ni un but, ni un mal, mais un fait naturel aussi évident qu’éduquer ses enfants ou entretenir ses parents devenus vieux », écrit Cyrille Javary.

 Comme la cuisine, le rapport que les Chinois ont à l’argent s’inscrit dans la nécessité de « vivre » malgré les difficultés, « vivre » dépassant de loin d’assurer sa propre vie.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Economie Société
977

La Chine est-elle déjà le nouveau géant planétaire du brain power, le pouvoir des cerveaux ?

On assiste en Chine depuis un demi-siècle à une incroyable élévation du niveau éducatif des individus. Le taux d’alphabétisation a grimpé à 90% de la population entre 1980 et 2010. La Chine de Mao a mis en place une véritable éducation de masse et généralisé la scolarisation des filles. Des écoles primaires ont été ouvertes dans tous les villages conquis avant même la libération et la parité garçons-filles était une règle. Cet effort éducatif a constitué une condition essentielle de la réussite de l’ouverture économique des années 1980.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Economie Société
1193

 

Entre 1949, date de l'arrivée au pouvoir du Parti communiste et 1979, date de l'ouverture, la population chinoise a pratiquement doublé, passant de 500 millions à un milliard d'habitants pour atteindre 1,3 milliard d'habitants en 2013.

Lire la suite
0
862

b2ap3_thumbnail_image_20140605-141414_1.jpg

Selon Jean-Luc Domenach, la Chine est sortie du totalitarisme pour entrer dans une « autocratie développementale ».

Lire la suite
0
1049

Une des pages les plus tragiques de l'histoire moderne de la Chine, sur laquelle le gouvernement chinois continue de rester muet...

Extrait de Stèles, la Grande Famine en Chine (1955-1961), de Yang Jisheng, Seuil, 2008, p.23

"36 millions de morts de faim [en Chine entre 1955 et 1962, chiffre établi selon diverses sources], qu'est-ce que cela représente ? Cela équivaut à 450 fois le nombre de morts le 9 août 1945 sous la bombe atomique de Nagasaki. Cela représente 150 fois le nombre de victimes du tremblement de terre de Tangshan le 28 juillet 1976. Cela dépasse le nombre de morts de la Première Guerre mondiale qui n'a fait "que" 10 millions de morts entre 1914 et 1918, soit en moyenne moins de deux millions de morts par an.

Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Politique
1068

Selon le dernier rapport publié par le département des affaires économiques et sociales des Nations unies, intitulé Perspectives de la population mondiale, révision de 2012 (ce document est actualisé tous les deux ans), en 2100, la Chine ne compterait plus que 1,08 milliard d’habitants (contre 1,38 milliard aujourd’hui); elle serait dépassée par l’Inde, qui amorcerait alors tout juste un recul avec 1,55 milliard d’habitants.

0
Mots clés: Economie Société
1104

Extrait de Stèles, la grande famine en Chine 1958-1961, de Yang Jisheng, Seuil, 2008, pp. 575-589 (livre non publié en Chine).

" Pourquoi personne n’a dénoncé les mensonges extravagants sur les hauts rendements des satellites ? Pourquoi des dizaines de millions de personnes sont-elles mortes de faim sans être secourues ? Pourquoi la politique qui a conduit à la famine a-t-elle duré trois ans ? Pourquoi les cadres ont-ils pu traiter le peuple avec autant de cruauté ? Pourquoi la majeure partie des victimes de la faim ont été les paysans qui produisaient l’alimentation du pays ?

Lire la suite
0
891

L’exilée, Vent d’est Vent d’ouest… je termine la lecture de ces deux livres de Pearl Buck, cette romancière américaine arrivée en Chine à l’âge de trois mois avec ses parents missionnaires (elle quitta la Chine en 1927) et qui devint Prix Nobel de Littérature en 1938. Lectures de jeunesse, oubliées, lectures revisitées...

Lire la suite
0
Mots clés: littérature
869

Selon Le Monde du 4 septembre 2013, le chinois gagne du terrain en France.

35 500 collégiens et lycéens et 4 500 écoliers débuteront ou reprendront les cours de chinois à la rentrée 2013, soit 10 % de plus qu'en 2012 et 400 % de plus qu'il y a dix ans. Orientation et avenir professionnel expliquent en partie ce choix. Dans l'enseignement supérieur aussi, la langue la plus parlée de la planète gagne du terrain :18 000 jeunes Français ont choisi de l'étudier dans 150 instituts, grandes écoles et universités. La Chine est devenue la première destination des expatriés devant les Etats-Unis et la Grande-Bretagne alors qu'elle occupait la sixième position il y a seulement quinze ans.

0
Mots clés: Langue
1034

D'après le Monde du 12 septembre 2012, avec deux millions d'étudiants de plus par an, la Chine doit créer deux universités de 20 000 étudiants par semaine. La Chine compte autant d'étudiants que le Canada d'habitants, soit 34 millions. 9% des publications scientifiques dans le monde sont chinoises, arrivant ainsi au deuxième rang derrière les Etats-Unis. En 2012, 42 universités chinoises apparaissaient dans le classement de Shangaï (150 pour les Etats-unis et 38 pour le Royaume-Uni). Alors que 13% des jeunes Chinois en âge d'être étudiants étaient inscrits à l'université en 2002, ils étaient 26 % en 2010 selon l'Unesco. Le gouvernement dépenses 13% de son budget dans l'éducation dont 21% pour les études supérieures. Selon l'OCDE, en 2020, la Chine comptera 58,2 millions de diplômés, soit 28,5 % du total des diplômés dans le monde, et occupera ainsi la première place, devant l'Inde et les Etats-Unis.

0
Commentaires récents pour ces articles - Voir tous les les commentaires
  • Mehdi
    Mehdi a écrit #
    Cette photo me rappelle quelque chose.... Un air de déjà vu.
  • Mehdi
    Mehdi a écrit #
    Info complètement dingue!!! Elle est très révélatrice de la transformation de la Chine. Un billet présentant les chiffres clés d
1057

D'après le Magazine du Monde du 7 septembre 2013, à l'heure du numérique, la jeune génération ne sait plus écrire les caractères chinois. Pour sauver ces piliers de la culture, deux émissions de télé remettent la dictée au goût du jour.

Lire la suite
0
Mots clés: Langue Société
1074

Extrait de Dans 30 ans la Chine, Robert Guillain,  Seuil, 1965,  pp.102-114.

 « Il me faut remonter jusqu’à 1937 pour trouver dans mes souvenirs une ville de Shanghaï bien administrée et d’aspect prospère, qui était plus belle même que celle d’aujourd’hui, à certains points de vue, par exemple par la folle animation de ses boutiques aux mille enseignes, ou par la circulation de ses belles autos étrangères.

...
Lire la suite
0
898

Les Chinois aiment les voitures, les châteaux et les traditions. Et comme en 2020, un touriste sur quatre sera Chinois, il n'y a pas de temps à perdre pour leur préparer des tours adaptés à leurs goûts. C'est ce que font les responsables sarthois du tourisme qui comprennent l'importance de monter une gamme de produits touristiques haut de gamme en direction d'une clientèle chinoise à la recherche d'authenticité et de valeurs patrimoniales. Une formule de base, à 556 euros par personne sera proposée pour une journée en Sarthe avec visite du Circuit des 24 heures du Mans et une nuit dans un château. Une autre formule, à 3 600 euros, va plus loin : trois nuits dans trois châteaux différents (Conflans-sur-Anille, Le Lude et Saint-Paterne) une visite  du circuit et de son musée et des tours de piste sur le Bugatti , une visite personnalisée de la Cité Plantagenêt et un détour dans le vignoble de la vallée du Loir. D'autres formules sont à l'étude avec des tours opérateurs chinois venus en juin au Mans. L'étape en Sarthe pourra aussi s'intégrer dans des circuits plus larges englobant les châteaux de la Loire et le Mont Saint-Michel.                       Sylvie B. 3 septembre 2013

 

 

0
Mots clés: Tourisme
933

« Après l’enterrement définitif du projet de substituer le pinyin aux caractères, les critiques dirigées contre ces derniers, qui avaient déjà perdu de leur virulence après 1949 mais qui, avant la Révolution culturelle, continuaient à résonner comme l’écho d’un passé tenace, ont cessé de se faire entendre. Au lieu d’attribuer les maux de la Chine à sa langue et à son écriture, les commentateurs leur ont découvert toutes sortes de mérites. À l’heure actuelle il ne s’agit plus de chercher les défauts de l’héritage culturel et linguistique pour leur trouver un remède mais de reconstruire une puissance à la hauteur de son passé glorieux. Évidemment, la vision que l’on se forme de la langue se doit de s’adapter à la nouvelle aspiration nationale.

Extrait de : La pensée en Chine aujourd’hui  sous la direction d’Anne Cheng – « Identité de la langue, identité de la Chine, contribution de Chu Xiaoquan »,  p. 295, Paris, Editions Gallimard,  coll. Folio essais, 2007.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Langue
1004

« L’année 1949, qui vit la fondation de la République populaire de Chine, marqua un tournant décisif dans tous les domaines de la vie chinoise, politique linguistique incluse. […] Cependant, une latinisation directe et complète de l’écriture n’étant pas immédiatement réalisable dans la pratique, les réformateurs se rabattirent sur trois projets jugés plus réalistes : la promulgation du pinyin (système de transcription phonétique), la simplification des caractères chinois et l’imposition du putong hua (« langue commune ») comme parler officiel de toute la Chine. Selon l’explication des concepteurs, le pinyin, au fur et à mesure de son usage généralisé, deviendrait plus sophistiqué et un jour remplacerait les caractères comme une véritable écriture. La simplification des caractères serait ni plus ni moins le premier pas vers leur disparition finale. Quant au putong hua, son utilité était double. D’abord, c’était un outil politique indispensable dans l’unification de ce vaste pays – on lui attribuait le rôle que Qin shi Huangdi, le premier empereur, avait assigné à l’uniformisation de l’écriture. En même temps, le putong hua devait évidemment constituer une condition sine qua non pour la réussite éventuelle du pinyin. »

Extrait de : La pensée en Chine aujourd’hui  sous la direction d’Anne Cheng – « Identité de la langue, identité de la Chine, contribution de Chu Xiaoquan »,  p. 292, Paris, Editions Gallimard, coll. Folio essais, 2007.

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Langue
Commentaire récent pour cet article - Voir tous les les commentaires
  • Mehdi
    Mehdi a écrit #
    Encore un magnifique article.... Quelle productivité!!! Bise
917

« Dans les années 1930, Qu Qiubai, le numéro un du parti communiste chinois et bientôt martyre révolutionnaire, devait trouver du temps en pleine guerre civile pour rédiger et publier une série d’articles sur la langue chinoise […] :

“L’état de sous-développement dans lequel se trouve la langue chinoise tient d’une économie sous-développée : parce que tous les rapports sociaux sont relativement simples, voire primitifs, les Chinois ne disposent pas de notions précises sur les choses, les événements et le temps. Notre langue est par conséquent très pauvre […]. La raison pour laquelle la langue chinoise n’arrive pas à délaisser son système d’idéogrammes, semi-idéogrammes ou rébus, est encore le retardement de son développement économique […]. Il est donc absolument nécessaire d’adopter un système phonétique, de lancer la révolution la plus radicale des lettres, à savoir l’abolition complète des caractères chinois. C’est seulement de cette manière que la langue pourra s’affranchir du carcan des caractères et avancer vers le futur en devenant plus riche, ce qui nous permettra de répondre aux besoins d’une vie sociale moderne dans les activités littéraires et scientifiques “».

...
Lire la suite
0
Mots clés: Histoire Langue
908

« Le mécontentement exprimé par les intellectuels envers le chinois à la fin du XIXe siècle sensibilisa le public aux insuffisances supposées ou réelles de la langue et créa par la suite dans l’opinion publique une inclination au changement qui devait être largement exploitée par les révolutionnaires de tous bords, ce qui entraina un phénomène curieux : ce sont surtout les politiques, plutôt que les linguistes professionnels, qui se chargèrent de l’élaboration et de la mise en œuvre des projets de réforme de la langue chinoise ».

Extrait de : La pensée en Chine aujourd’hui  sous la direction d’Anne Cheng – « Identité de la langue, identité de la Chine, contribution de Chu Xiaoquan »,  p.287, Paris, Editions Gallimard, coll. Folio essais, 2007.

0
Mots clés: Histoire Langue

Archive

Loading ...

Connexion