Extraits de Chine

C'est le moyen pour moi d'échanger sur la Chine, de faire partager mes voyages en Chine, des lectures sur la Chine, des analyses, des impressions, d'aller au-delà des peurs qu'inspire ce grand pays si entreprenant en essayant de comprendre ses propres craintes, ses propres défis mais aussi de pointer les questions qu'il soulève. Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de faire un bout de chemin ensemble.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Les Chinois ont-ils transmis l'imprimerie à l'Occident ?

par dans Extraits de Chine
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1106
  • 0 commentaires
  • Imprimer
1106

b2ap3_thumbnail_IMG_8300.jpgb2ap3_thumbnail_IMG_8301.jpg

Si vous voulez connaître le rôle des Chinois dans les deux inventions majeures qui soutiennent depuis des siècles le développement et l'expansion des connaissances, alors il faut lire L'imprimerie en Chine, Invention et transmission vers l'Occident de Thomas Françis Carter (Imprimerie nationale éditions, 2011).

Comme le demandait Etiemble, "Qui a inventé l'imprimerie, Gutenberg ou les Chinois ?"  La réponse à cette question se trouve, sous forme synthétisée, en pages 223 et suivantes  du livre de Carter.

Extrait :

Cette question du lien direct entre les caractères d'imprimerie en terre cuite, en bois et en bronze d'Asie orientale et l'invention de l'imprimerie en Europe est une question difficile, dont la preuve n'existe pas. Les caractères d'imprimerie de Pi Shêng, peu utilisés, avaient presque été oubliés avant que ne fussent entamées d'étroites relations avec l'Europe, sous les Mongols. Les caractères en bois étaient utilisés à l'époque où les relations européennes par la voie terrestre étaient les plus intenses mais il est difficile de combler le vide que représente la centaine d'années qui se sont écoulées entre la fermeture des routes commerciales et l'invention de l'imprimerie en Europe. Les caractères des Coréens étaient bien plus en usage que ne l'avaient été leurs prototypes en argile et en bois et il apparaît comme une étrange coïncidence qu'ils aient commencé à imprimer avec des caractères métalliques d'imprimerie à peine un demi-siècle avant l'invention de Gutenberg sans que l'on puisse établir un lien entre eux. Pourtant il n'existe aucune preuve d'un tel lien. Et, autant qu'on le sache, les relations entre l'Europe et l'Asie orientale durant ce demi-siècle étaient presque inexistantes. D'un autre côté, déclarer catégoriquement qu'il n'y a eu aucun lien direct entre la typographie de Chine et de Corée et celle de l'Europe serait prématuré, et jusqu'à ce qu'une telle preuve  – ou celle du contraire – nous soit fournie, il est nécessaire de garder un esprit ouvert à cette possibilité.
En admettant que l'influence de la Chine sur l'imprimerie européenne ne se soit peut-être pas exercée par le biais de la typographie chinoise, il est néanmoins bon de récapituler quelques-uns des moyens par lesquels une telle influence s'est vraisemblablement exercée :
1. Par le papier. Nous sommes ici sur un terrain clairement historique. Le papier fut une invention entièrement perfectionnée en Chine et transmise par le monde islamique. Elle a servi de fondement à l'invention de l'imprimerie.
2. Par les cartes à jouer. Elles furent introduites, directement ou indirectement, de Chine durant la dernière partie du XIVe siècle. L'impression par planche et, avec elle, la production de cartes à jouer imprimées, commença vers la fin de ce même siècle si ce n'est plus tôt. [...]
3. Par le papier-monnaie. Nous savons que quelques billets furent transportés loin à travers l'Asie. Il n'est pas impossible que quelques-uns d'entre eux fussent arrivés en Europe, dès lors que les armées mongoles "à un moment atteignirent l'Adriatique, occupèrent la Pologne et la Hongre et envahirent la Silésie germanique". D'autres billets peuvent avoir été introduits par la suite dans le cours ordinaire du commerce.
4. Par les images imprimées. Les premiers imprimés par planche européens parvenus jusqu'à nous sont des images religieuses qui, bien qu'elles soient de facture européenne, par les sujets traités et par leur finalité, par l'encre et par la technique, font penser aux imprimés d'Asie centrale.
5. Par le grand nombre de livres imprimés en Chine. Les voyageurs qui revenaient de Chine en Europe, particulièrement les ecclésiastiques, ne peuvent avoir manqué de rapporter des informations sur la grande diffusion de livres en Chine, qui dépassait  très largement celle qui existait en Europe. De telles informations, parvenant en Europe, à une époque de réveil intellectuel, doivent avoir constitué une incitation à inventer [...].
6. A cela on peut ajouter la possibilité, à défaut de probabilité, que la méthode de typographie effectivement utilisée en Extrême-Orient ait été transmise d'une certaine manière à l'Europe.

Note : Les deux photos ci-contre sont extraites de l'ouvrage chinois publié en français : Les inventions de la Chine antique, de Deng Yinke (China Intercontinental Press, 2011).

0
Mots clés: Histoire
Venue en Chine en 2012 rendre une trop courte visite à mon fils, j’ai mesuré à quel point ma vision de ce pays était biaisée par des partis pris, des représentations d’un autre âge...
Depuis, je m’informe sur ce vaste et grand pays avec lequel nous avons à composer pour construire le monde de demain dans le respect de nos différences et de nos intérêts.


Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité vendredi, 19 octobre 2018

Archive

Loading ...

Connexion