Extraits de Chine

C'est le moyen pour moi d'échanger sur la Chine, de faire partager mes voyages en Chine, des lectures sur la Chine, des analyses, des impressions, d'aller au-delà des peurs qu'inspire ce grand pays si entreprenant en essayant de comprendre ses propres craintes, ses propres défis mais aussi de pointer les questions qu'il soulève. Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de faire un bout de chemin ensemble.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Le ka-lé, les marionnettes à fils de Quanzhou (Fujian)

par dans Extraits de Chine
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1057
  • 0 commentaires
  • Imprimer
1057
Le ka-lé, les marionnettes à fils de Quanzhou (Fujian)

À Quanzhou (Fujian), le terme qui désigne les marionnettes à fils, ka-lé  (kuilei en mandarin) veut dire aussi « cérémonie du bonheur » (jiali en mandarin). Avec elles, nous remontons aux sources rituelles de l’opéra chinois.

Au-delà des célèbres ombres chinoises, la marionnette est utilisée en Chine depuis deux mille ans sous ses variantes universellement répandues, à baguettes, à gaine et à fils.

Quanzhou est l’ancienne Zaytoun (l’olivier en mandarin), alors l’un des plus grands ports du monde.  C’était une ville cosmopolite qui accueillait bouddhistes et musulmans, marchands venus d’Asie centrale ou d’Inde, de la péninsule Arabique ou vénitiens. La mer s’est ensuite retirée au profit de Xiamen (Amoy). Marco Polo et Ibn Battuta y séjournèrent.

Quanzhou, dont la langue, le minnanhua ou Hokkien n’est pas comprise par les populations alentour, s’est alors repliée sur sa culture locale. La ville conserve dans ses arts et ses légendes des traditions oubliées ailleurs qui remonteraient en partie à l’époque des Tang (VIIe-Xe s.).

Quanzhou est célèbre pour la délicatesse de ses petites marionnettes à gaine, mais ses marionnettes à fils lui ont attiré une notoriété nationale au XIXe siècle.

Une tête en bois emmanchée d’un long coup, un corps marqué par une armature suspendue, des bras, des jambes et des mains articulés, un fin visage enfin dont la mâchoire, les yeux, la langue, peuvent bouger, font de ces marionnettes de véritables œuvres d’art et de précision. Certaines comptent plus de cinquante fils.

Selon le spécialiste des marionnettes de Quanzhou François Picard, le répertoire inclut des pièces mythologiques, des aventures guerrières et des mélodrames. Les troupes, comme celle des « Quatre beautés », pouvaient compter une quarantaine de pièces à leur répertoire. Elles s’accompagnaient de musique traditionnelle : hautbois, luth à quatre cordes, vièle à deux cordes, gong et tambour, cymbales et clochettes.

« Au-delà de la distraction qu’il peut apporter et de ses attraits esthétiques, cet art reste une expression de la pensée chinoise la plus ancienne et la plus profonde, reflétant les valeurs morales, philosophiques et religieuses d’un peuple. En tant que spectacle, il s’adresse directement au Ciel et aux divinités auprès desquelles les marionnettes intercèdent pour porter secours et assistance aux humains », écrit Lucie Rault-Leyrat, dans les Cahiers d’ethnomusicologie.

Aujourd’hui, les troupes de marionnettes continuent à Quanzhou de participer à la vie culturelle et artistique alors qu’à Taïwan, où ce type de spectacle existait, elles ont pratiquement disparu.

Notre conseil : Si vous avez l’occasion d’assister à une représentation d’une troupe de marionnettes de Quanzhou, n’hésitez pas. C’est un spectacle époustouflant !

EN SAVOIR PLUS :

http://www.youtube.com/watch?v=A1FWQ-brF1U

http://www.youtube.com/watch?v=BWWSvDhZZBs

Ka-lé La cérémonie du bonheur, CD, Disques VDE-Gallo, Musée d’ethnographie, Genève.

Lucie Rault-Leyrat, « Chine. Ka-lé. La Cérémonie du Bonheur, Musique des marionnettes à fils de Quanzhou (Fujian) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 10 | 1997, mis en ligne le 06 janvier 2012, consulté le 31 octobre 2013. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/935

0
Mots clés: Arts Fujian
Venue en Chine en 2012 rendre une trop courte visite à mon fils, j’ai mesuré à quel point ma vision de ce pays était biaisée par des partis pris, des représentations d’un autre âge...
Depuis, je m’informe sur ce vaste et grand pays avec lequel nous avons à composer pour construire le monde de demain dans le respect de nos différences et de nos intérêts.


Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité samedi, 21 juillet 2018

Archive

Loading ...

Connexion