Extraits de Chine

C'est le moyen pour moi d'échanger sur la Chine, de faire partager mes voyages en Chine, des lectures sur la Chine, des analyses, des impressions, d'aller au-delà des peurs qu'inspire ce grand pays si entreprenant en essayant de comprendre ses propres craintes, ses propres défis mais aussi de pointer les questions qu'il soulève. Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de faire un bout de chemin ensemble.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Cang Jie, l'inventeur mythique des caractères chinois

par dans Extraits de Chine
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 854
  • 0 commentaires
  • Imprimer
854

b2ap3_thumbnail_Cangjie2.jpg

Cang Jie, l'inventeur mythique des caractères chinois, représenté avec les quatre yeux que lui prête la tradition, qui lui permettent de voir les secrets du ciel et de la terre.

Devin et ministre de l'empereur Jaune (2898-2679 av. J.-C.), Cang Jie est considéré par les Chinois comme l'inventeur mythique de l'écriture chinoise, unique au monde et objet d'une grande fierté nationale. La légende le dit doté d'une double vue qui lui permettait de tout pénétrer de son regard perçant. Des textes classiques de la littérature chinoise assurent qu'il se servait de deux de ses yeux pour observer le ciel et des deux autres pour contempler la terre, ce qui lui permit d'obtenir une vision unitaire. Dans la cosmologie chinoise, le ciel et la terre représentent les principes de l'action (yang) et de la réaction (yin) dont les symbioses génèrent toutes choses.Cang Jie "le voyant" s'inspira d'abord des formes élémentaires et appela wen les caractères simples qu'il en obtint. Il associa ensuite les éléments formels à certains sons et appela zi les signes composés issus de ces combinaisons. Plus tard, on nomma shu (écriture) les idéogrammes ainsi obtenus lorsqu'ils étaient tracés sur la soie et les lamelles de bambou. "De cette légende, on peut surtout retenir, écrit Claude Mediavilla dans L'ABCdaire de la calligraphie chinoise (Flammarion, 2002,2013), le rapport privilégié que l'écriture entretient avec la nature, plaçant la calligraphie au centre du principe organisateur du monde. Chaque trait doit ainsi s'inspirer des mouvements essentiels de la nature : vent dans les arbres, eau s'écoulant en cascade, roseaux, vols rapides des oiseaux... Ce préjugé très ancien explique que dans l'esprit des Chinois, les signes de l'écriture ne sont pas des entités arbitraires mais bien des représentations de phénomènes naturels et l'expression d'une vérité essentielle."

b2ap3_thumbnail_IMG_8548.JPG

Calligraphie réalisée en 2015 (collection personnelle) à partir d'un poème ancien (dynastie Tang)

0
Mots clés: Histoire Langue
Venue en Chine en 2012 rendre une trop courte visite à mon fils, j’ai mesuré à quel point ma vision de ce pays était biaisée par des partis pris, des représentations d’un autre âge...
Depuis, je m’informe sur ce vaste et grand pays avec lequel nous avons à composer pour construire le monde de demain dans le respect de nos différences et de nos intérêts.


Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité samedi, 21 avril 2018

Archive

Loading ...

Connexion