Extraits de Chine

C'est le moyen pour moi d'échanger sur la Chine, de faire partager mes voyages en Chine, des lectures sur la Chine, des analyses, des impressions, d'aller au-delà des peurs qu'inspire ce grand pays si entreprenant en essayant de comprendre ses propres craintes, ses propres défis mais aussi de pointer les questions qu'il soulève. Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de faire un bout de chemin ensemble.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

À Xiong, village du Hubei, la transformation est à l’œuvre…

par dans Extraits de Chine
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1170
  • 0 commentaires
  • Imprimer
1170
À Xiong, village du Hubei, la transformation est à l’œuvre…

Paysan à la retraite, M. Xiang ne veut pas quitter sa maison traditionnelle, toute en pierres et à l’entrée surmontée de l’immense caractère « fu » signifiant « bonheur » en chinois. À l’intérieur, une immense peinture de Mao Zedong et Zhou Enlai avec, au pied, bougies et fleurs de lotus en plastique, en signe de vénération… Illustration du fait que « de nos jours, pour certaines couches sociales, Mao est devenu une sorte de bouddha », comme l’écrit Du Qinggang, auteur du best-seller Le Président Mao est mort, paru en 2002 aux éditions Desclée de Brouwer.

Mais les demeures encore habitées du village ancien de Xiong, vieux de six cents ans, se comptent sur les doigts de la main. Les herbes folles ont envahi les sentes courant entre des bâtisses simples, au charme bien réel avec leurs pierres sculptées et leurs calligraphies. C’est que ces dernières années, la plupart des habitants sont partis travailler dans l’industrie à Wuhan ou Chongqing, deux immenses et proches métropoles à moins qu’ils ne se soient installés dans la nouvelle bourgade construite à deux kilomètres, là où se trouvent commerces et services de proximité.

Retraité, M. Xiang conserve ses dix mus de terre (un mu correspond à un quinzième d’hectare) dont il loue une partie. S’il n’en est pas propriétaire – en Chine, la terre appartient à l’Etat – il détient un bail de vingt ans sur ses terres et à sa mort, elles pourront être redistribuées entre ses quatre fils. Aujourd’hui, il y cultive ses légumes mais le riz reste la principale production du village, avec deux récoltes par an. Le gouvernement a infléchi sa politique agricole pour augmenter les rendements. Depuis 2003, il dispense les paysans de tout impôt et subventionne l’achat de semences à hauteur de 100 yuans par mu (un euro vaut environ 7 yuans). En quelques années, le rendement a quasiment doublé passant de 800 à 1500 livres de riz par mu. L’achat de matériel agricole est également subventionné à hauteur de 90 yuans par mu. D’autre part, l’arrivée du gaz comme combustible a permis d’épargner le bois. Aujourd’hui, la campagne reverdit.

À Xiong comme ailleurs, le développement agricole relève de la responsabilité du maire. Ici, le maire est une femme, fraîchement élue, également secrétaire du parti communiste. Mme Xiang a dû affronter un adversaire masculin lors de ce scrutin mais les électeurs l’ont choisie. Elle nous dit être l’une des trois femmes élues dans le district qui regroupe 46 villages. Les villageois sont-ils satisfaits des subventions qu’ils reçoivent ? Madame le Maire ne répond pas.

Autre changement : la mise en place de la sécurité sociale et des pensions de retraite pour les paysans. Toute la population rurale cotise aujourd’hui à hauteur de 30 yuans par personne et par an pour une protection contre les accidents. Pour la maladie, il faut ajouter 100 yuans. Les retraités, eux, touchent désormais une petite pension, variable d’une province à l’autre. Dans le Hubei, elle se monte à 200 yuans par mois, 700 yuans si le retraité est sans enfants. Un progrès appréciable dans un pays dont la majorité de la population reste rurale.

 

b2ap3_thumbnail_IMG_7771.jpg

b2ap3_thumbnail_IMG_7779.jpg

b2ap3_thumbnail_IMG_7783.jpg

b2ap3_thumbnail_IMG_7784.jpg

0
Mots clés: Hubei Société
Venue en Chine en 2012 rendre une trop courte visite à mon fils, j’ai mesuré à quel point ma vision de ce pays était biaisée par des partis pris, des représentations d’un autre âge...
Depuis, je m’informe sur ce vaste et grand pays avec lequel nous avons à composer pour construire le monde de demain dans le respect de nos différences et de nos intérêts.


Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité vendredi, 14 décembre 2018

Archive

Loading ...

Connexion